ramoneur

LE RAMONEUR

Le ramoneur est un ouvrier qualifié dont la fonction est de nettoyer les conduits de cheminées. Pour se faire, le ramoneur utilise de longues cannes munies de balais brosses en matière plastique ou métallique. Les balais brosse de forme carrée ou ronde sont utilisés en fonction de la forme de votre boisseau.

Aujourd’hui les cannes de ramonage on été remplacées par des enrouleurs munis de câble en fibre de verre. Ainsi le brossage du conduit est plus efficace et plus facile. En effet un simple mouvement avant et arrière sur l’enrouleur permet un brossage de qualité. D’autre part, il préserve le ramoneur d’éventuelles chutes d’objets.

Le ramonage hier et aujourd’hui

Le ramonage ne concernait jadis que  les conduits de cheminées a bois ou charbon. Avec l’évolution du mode de vie le métier s’est transformé. Le ramonage concerne désormais aussi bien les conduits d’évacuation des gaz de combustion de chaudière a gaz ou fioul ou bois, les gaines grasses, les VMC ou tout autre conduit d’évacuation de fumées ou d’air vicie.

Autrefois le petit ramoneur savoyard était chargé de porter le courrier avant que les services postaux n’existent. A Paris,les petits ramoneurs avaient le soin de transmettre des courriers.

LE RAMONAGE

Si le ramonage de cheminées est un métier très  ancien, aussi ancien que les cheminées elles mêmes, ce n’est que vers le XVIIIe siècle que les cheminées sont devenues suffisamment larges pour qu’un homme puisse s’y glisser. Ceci  donna l’image typique du ramoneur qui se développa lors de la révolution industrielle.

Un peu d’histoire

Aux XVe et XVIe siècles en Europe , la construction de pignons en escalier devint courante afin de permettre d’accéder facilement aux  cheminées. Avec l’accroissement de la population urbaine, le nombre de maisons à cheminées augmenta et le métier de ramoneur devint plus respecté et recherché.

À l’époque victorienne au Royaume-Uni, la profession employait de jeunes garçons minces qui se glissaient  dans les cheminées pour les nettoyer. On les surnommait les climbing boys ( garçons grimpants ). Le travail était salissant et dangereux. Leurs employeurs avaient une réputation d’exploiteurs.

En France, traditionnellement, les ramoneurs étaient des jeunes savoyards. Ils se déplaçaient en groupe sous la conduite d’un adulte, pour œuvrer dans les grandes villes.

Les garçons étaient avaient souvent des déformations articulaires, se brûlaient et souffraient d’une forme de cramoneurs cancer du scrotum provoqué par les benzopyrènes contenus dans la suie. Souvent des ramoneurs mouraient étouffés par la suie.

 

Ramoneur allemand

En Allemagne, les ramoneurs étaient organisés en corporation jusqu’en 2013. Chaque ramoneur se limitait à un secteur et les prix etaient fixés. Dans ce pays, les ramoneurs portaient un uniforme.

Les ramoneurs allemands, se distinguaient par leur costume noir et haut-de-forme traditionnels, ont basculé dans l’économie de marché le 1er janvier 2013 perdant ainsi leur monopole, issu du nazisme.

L’Allemagne a fini par céder aux exigences de Bruxelles pour libéraliser ce secteur  jusqu’ici protégé,

La profession de ramoneur réglementée bénéficiait d’un monopole mis en place en 1935 par le régime nazi attribuant à des « maîtres » ramoneurs des zones exclusives. Depuis le 1er janvier 2013, les hommes en noir doivent se mesurer à la concurrence d’entrepreneurs.

LE RAMONEUR ESPION SOUS LE TROISIÈME REICH

Les ramoneurs, en Allemagne étaient supposés porter bonheur, mais ne bénéficiaient pas de la sympathie de la population. Sous le Troisième Reich, les nazis les chargeaient d’espionner leurs concitoyens pour le compte du régime en profitant de leur accès privilégié à tous les logements. La pratique s’est poursuivie dans l’ex-Allemagne de l’Est communiste.